Nouveau RPi reçu j’essaye des choses, je voulais depuis quelques temps installer une solution permettant de jouer de la musique sur les enceintes du salon et contrôlable à distance depuis smartphone/tablette/laptop.

Pour ça j’ai installé la solution Mopidy sur une base Raspbian (Debian compilé ARM pour RaspberryPi)

Comment faire ? Aller on y va

Télécharger et installer Raspbian (Lite) sur une carte microSD, utiliser Etcher pour ça, c’est intuitif.

Brancher le RPi sur un écran + clavier, par defaut le clavier est en qwerty donc on va faire en sorte que le machin soit correctement configuré pour avoir du réseau et que votre clavier azerty soit correctement mappé

Hint : les identifiants par défaut sont pi/raspberry  (tapez rqspberry donc)

On se cale en root parce qu’on est grand, et on règle la timezone

Modifier l’agencement du clavier en utilisant la commande

Fichier de configuration réseau (vide par défaut) : /etc/network/interfaces

Il manque quelques outils de base pour diagnostiquer deux trois choses

Un petit reboot et on passe à l’installation de Mopidy. Ajouter le dépôt de paquet Mopidy

Installer mopidy + python-pip + les paquets supplémentaires (Spotify, SoundCloud, Youtube, Interface Iris)

Voila le machin est installé. Mais il va falloir configurer la chose. Explications

  • Mopidy en standalone va chercher le fichier de configuration dans ~/.config/mopidy/.. bref c’est de la merde.
  • Mais! Mopidy est prévu pour tourner en tant que service, c’est mieux.
  • Et en tant que service, il va taper dans /etc/mopidy/mopidy.conf. AH!
  • Mopidy ne balance rien à l’affichage, il ne sort que du son sur HDMI ou sortie jack du RPi.
  • Mopidy écoute par défaut sur les ports 6680 (interface web) et 6600 (interface MPD) mais uniquement en localhost. Je garde ça par défaut, défois que je voudrais coller un service web un jour sur le RPi.

Le fichier de configuration /etc/mopidy/mopidy.conf doit ressembler à quelque chose comme ça.

Pour la plupart des paramètres c’est « classique » pour un fichier de conf, ip, port, description, truc. J’ai déplacé le dossier de media par défaut dans /var/www/media ça m’emmerdai de laisser ça dans /var/lib/mopidy

Attention : Pour pouvoir utiliser le streaming Spotify il faut un compte Spotify Premium

  • Pour la partie Spotify, les valeurs a renseigner sont vos identifiants/mot de passe + un id/secret à récupérer depuis le site https://www.mopidy.com/authenticate/#
  • Idem pour Soundcloud : https://www.mopidy.com/authenticate/#

Ok une fois que c’est bon pour la configuration on peut lancer le serveur

Pour voir si tout se lance bien

Si le module Spotify à bien réussi à s’authentifier :

Sinon

Et comment utiliser ça maintenant ? http://<ip raspberrypi>:6680 dans un navigateur et on récupère la liste des interface web disponibles

Oui je n’ai pas trouvé mon bonheur tout de suite. Après plusieurs essais je conseille Iris + Musicbox. Iris ressemble à ça sur laptop

Sur téléphone dans un navigateur (à gauche) il existe aussi une application dédiée Mopidy Mobile (via protocole MPD)

Quelques notes :

  • La fonctionnalité Spotify permet de jouer de la musique depuis votre compte Spotify Premium sur le RPi en le controllant depuis une interface web (laptop/tablette/mobile). Elle ne permet pas d’utiliser la fonctionnalitée « Spotify Connect » donc n’est pas contrôllable depuis l’application Spotify directement.
  • Pour la locale je viens de me rendre compte qu’il me crois en Nouvelle Zélande, doit y’avoir une merde quelque part
  • La fonction recherche permet de recherche dans Spotify+SoundCloud+Localement. C’est puissant
  • Sur RPi3 le son est clean en sortie HDMI, crado en sortie jack. Dunno why
  • L’interface Iris est très orienté Spotify, pour être complet je laisse l’interface Musicbox qui permet de balancer du Youtube/SoundCloud/Local/Podcast plus simplement
  • J’ai coller RasperryCast en plus sur le même RPi ça ne rentre pas en conflit, les deux sont compatibles.

Voilà amusez vous bien, c’est simple à mettre en place (avec un minimum de techskilz), ça peut être sympa comme solution de musique partagée en soirée ou au bureau (avec ses risques et périls), vraiment efficace avec un compte Spotify Premium.

 

 

 

 

Un outil que tous les sysadmin de France et de Navarre devrait connaître et utiliser, c’est WAPT.

WAPT

Le site officiel : https://www.wapt.fr/fr/

What is WAPT ?

WAPT c’est une solution open-source de déploiement de logiciels, sous forme de paquets. Ca fonctionne en mode client-serveur et ça a l’énorme avantage de tourner en service système avec les droits administrateur et tout ça s’il vous plait silencieusement. S’pas beau la vie ?

Ça permet quoi :

  • Installer les logiciels silencieusement
  • Désinstaller les logiciels silencieusement
  • Mettre à jour <idem>
  • Reporting dans une console GUI de gestion
  • Packager ses propres applis
  • Servir d’outil d’inventaire

Si on compare avec les solutions de déploiement de base type scripts batchs / GPO / MSI etc., c’est beaucoup plus léger et souple. J’utilise des paquets pour l’utilisation classique (Firefox, VLC, etc..) mais aussi des paquets un peu plus tordus (Office 2016, Trend Micro OfficeScan, SolidWorkds).

Mis en place chez ex-job, la première utilitée que j’y ai trouvé c’est la mise à jour de Flash et Java, qui me prenait un temps fou, alors qu’avec WAPT, suffit d’importer le paquet déjà fourni par Tranquil IT Systems (les créateurs de WAPT) et bazinga Flash et Java à jour !

Derrière c’est quoi ?

  • Un serveur d’inventaire qui recolte passivement les données remontées des agents
  • Un serveur web qui sert les paquets pour les agents (sur la même machine que précédemment)
  • Une console de management GUI
  • Du Python essentiellement, c’est puissant, efficace, ça roxx
  • Du Lazarus pour la console, c’est efficace
  • De la sécurité, les paquets sont signés et les agents vérifient les paquets avec installation
  • Plein de paquets existants, pas besoin de réinventer la roue : https://store.wapt.fr/

Et c’est utilisé par qui ?

  • Par beaucoup d’Etablissements Scolaire, Ecoles, Universités
  • Par des BTS SIO en sujet de stage, je vous vois 😉
  • Par pas mal de Municipalités/Agglomérations/Com-Com
  • Par des Industries
  • Par des Ministères
  • Par tous ceux la : https://www.wapt.fr/fr/#references
  • Bientôt par ta boite aussi 😉

Si tu veux rendre service autour de toi, dis a ton sysadmin que pour qu’il arrête d’être emmerdé par les mises-à-jour de Flash et Java sur les postes de laboite, WAPT est la pour lui faire gagner du temps.

On a fait une chouette documentation en ligne, tout y est, profitez en : https://www.wapt.fr/fr/doc/

Si jamais vous avez des questions n’hésitez pas, en commentaire ou sur Twitter : @K3nnyfr

Va savoir pourquoi ça voulait pas, il faut tout d’abord créer l’arborescence suivante

Dans ce fichier mustang.vim collez-y ceci

Enfin on créer son fichier de propriétés perso

Le contenu de votre fichier perso

Et voila ça roxx

 

 

recalbox

Vous avez eu pour Noël un Raspberry Pi et vous y avez installé Recalbox pour pouvoir jouer a des super jeux arcade/console !

Alors tu as chopé un pack de ROMs super trop cool, tu as tout mis sur le RPi sauf que patatra ça marche pas, c’est la mierda et tu découvres qu’il faut ajouter les BIOS…

Sauf que les BIOS pour les trouver c’est pire que pour les ROMs, a moins de s’appeler Sherlock Holmes et de surfer avec 3 anti-pubs et 4 blockeurs de scripts, t’attrapes les pires merdes du monde.

Du coup ce que j’ai fait c’est que j’ai réuni l’intégralité des BIOS nécessaires pour Recalbox dans un ZIP et j’ai calé un lisezmoi.nfo qui t’explique comment faire, tu vas voir c’est très simple.

 

Pour celles et ceux qui veulent faire ça rapide

Configuration utilisée :

  • Debian 7.9
  • Apache 2.2.22
  • LetsEncrypt à jour du 04/12/2015

Je suppute que :

  • vous ayez déjà téléchargé LetsEncrypt depuis le repo Github
  • vous ayez un fichier de conf de vHost par domaine déjà existant.
  • vous n’êtes pas un gros pinpin

Soit.

Allons-y Christian !!

1 – Copier le vHost actuel et le modifier

2 – Modification du vHost en prévision de ce que va nous sortir LetsEncrypt

  • Le port d’écoute pour https c’est 443 je ne vous apprend rien donc on change le port d’écoute
  • On doit activer l’engin de la mort SSLEngine
  • Et on doit mettre tout ça dans un fichier de log distinct

Grosso merdo vous devriez obtenir un fichier dans ce genre là :

Le gros bloc de CipherSuite ce sont les recommandations de SSL-Labs, rapport a HeartBleed etc.

Vous noterez le bloc qui défini les clés utilisées :

J’ai tout simplement anticipé pour la suite, étant donnée que ce sont les chemins utilisés par Let’sEncrypt pour sortir les clés.

3 – Génération des clés avec LetsEncrypt

Générons maintenant les clés en automatique, c’est tout simple

Hop Hop il se débrouille pour générer les clés tout le toutim et tadaaaaaa

On active ce vHost, on regarder si la configuration est correcte, on redémarre Apache2 pour vérifier tout ça et on test voir si le navigateur nous chie pas dans les bottes

Chez moi ça s’est déroulé sans encombre pour mes différents domaines/sites

Pour monitorer ProFTPd il faut bidouiller un tantinet, le plugin n’étant plus très à jour.

Pré-requis, installer logtail

Première étape, télécharger les fichiers du plugin

Deuxième étape, ajouter le plugin a munin

Dans la configuration des plugins munin il faut ajouter la configuration pour proftpd

Si le plugin était à jour et maintenu on pourrait se dire c’est bon ça roule. Non ça foire pour proftpd_count et proftp_bytes

Deux raison à cela :

  1. Le chemin indiqué dans le plugin pour xferlog est erroné
  2. Le dossier plugin-state ne contient pas le fichier offset voulu par le plugin

Pour proftpd_bytes voici ce qu’il faut obtenir

Le fichier ne se créer pas de lui même on va l’aider

Pour proftpd_count voici ce qu’il faut obtenir

Le fichier ne se créer pas de lui même on va l’aider aussi

On test voir si la configuration fonctionne (pas de message d’erreur)

Voilà tout devrait fonctionner maintenant !

Si comme moi vous avez pris quelques habitudes sous Linux dans le terminal, vous ne serez pas déçu par cette petite trouvaille. Il s’agit de Clink : http://mridgers.github.io/clink/

C’est un utilitaire qui ajoute quelques fonctions très utiles et malgré tout absentes de la commande Windows, parmi lesquelles :

  • Historique des commandes au fil du temps (touches haut/bas)
  • Complétion auto pour les fichiers/dossiers/exécutables
  • Raccourcis clavier
    • Copier/Coller
    • Recherche incrémentale
    • Complétion
    • Ctrl-Z
    • Et bien plus encore, suffit de faire ALT-H pour tout afficher
  • Scriptable en LUA
  • On peut customiser le prompt avec des couleurs et tout

Bref que du bonheur, mangez-en c’est du bon ! – http://mridgers.github.io/clink/

 

De plus en plus de personnes viennent me voir à propos de la sauvegarde de données, soit en amont en préventif, soit après.

Il est de bon ton de s’en inquiéter en amont, car une fois le support de stockage endommagé il devient difficile de l’exploiter afin d’en extraire les données.

Petit guide à destination de toutes et tous et à diffuser autour de vous si vous le voulez.

  • Rappel 1 : Les disques durs externes sont fragiles
  • Rappel 2 : Les clés USB ne sont pas éternelles
  • Rappel 3 : Durée de vie d’un disque dur d’ordinateur portable ~= durée de vie d’un disque dur externe
  • Rappel 4 : Un disque dur d’ordinateur fixe = 8 ans GRAND MAXIMUM

locker

 

Identifier et quantifier les données à sauvegarder

Première chose à faire, identifier les données à sauvegarder. On peut penser à :

  • Documents sensibles – associatif, pièces d’identités, docs bancaires, factures, CV, Impôts
  • Documents importants – emails, documents personnels
  • Medias – Photos, Vidéos
  • Divers – Films, Musique
  • Supports amovibles – clés USB, appareils photos
  • « Mobile Devices » – Tablettes, Smartphones
  • CD de Photos et anciennes sauvegardes

On veillera a bien définir le volume-la taille de ces données, cela peut varier de quelques Mega octets (Mo) à plusieurs Giga-octets (Go)

Rappel de quantification octets: 1024 Ko = 1 Mo / 1024 Mo = 1 Go / 1024 Go = 1 To

  • Un document Word :                                        de 400 Kilo octets à + 10 Mo
  • Une photo de bonne qualité ou une chanson :     5 Méga octets
  • Une vidéo de quelques minutes :                       de 120 Méga octets a + 2 Giga octets
  • Un film en qualité standard :                                                   700 Mo
  • Un film en qualité HD 720p :                                                   4.7 Go
  • Un film en qualité HD 1080p « full HD » et  3D :                        4 à 21 Go

Il existe plusieurs types de sauvegarde :

  • Sauvegarde complète : une sauvegarde complète de tous les dossiers/medias indiqués sera faite sur le support de destination. On conseille de prévoir 10x l’espace de stockage initial. (100Go pour 10Go a sauvegardé)
  • Sauvegarde incrémentielle/différentielle : une sauvegarde complète est faite puis on ne va sauvegarder quotidiennement uniquement les fichiers modifiés, on a donc besoin de moins d’espace de stockage et on réduit le temps de sauvegarde.

En termes de périodicité de sauvegarde, les préconisations que j’applique sont :

  • Une sauvegarde annuelle complète                 – N années conservées.
  • Une sauvegarde mensuelle complète              – 3 à 12 mois conservés
  • Une sauvegarde hebdomadaire complète         – 2 à 4 semaines conservées
  • Une sauvegarde journalière incrémentale         – 7 jours conservés

Lire la suite de

J’ai installé une solution osTicket et le grand atout de cet outil est de pouvoir automatiser l’envoi d’emails de confirmation pour les utilisateurs et d’emails d’alerte pour les techniciens.

Pour ça on devrait en temps normal paramétrer un serveur Sendmail ce qui est fastidieux, en regardant la doc sur le Wiki de debian on rigole un coup en voyant ça :

C'est une doc... radicale !

C’est une doc… radicale !

Donc! On va installer ssmtp !

Attention les yeux, c’est super dur :

on édite l’unique fichier de config de ce programme – ici avec utilisation d’une adresse GMail :

On a plus qu’a tester l’envoi d’un mail dans osTicket, et bah ça fonctionne impec.

En php plus généralement c’est la commande mail() , tout plein de documentation par ici : http://php.net/manual/fr/function.mail.php

Tonight I took up as a challenge to create a language file for Notepad++ designed to highlight Counter-Strike Global Offensive configuration files (.cfg files). It becomes pretty handy to see syntax error and if keywords are correctly spelled to avoid further problems.

It took me half an hour to do so, based on the works of @gustavnikolaj, he posted on Reddit his works for SublimeText 2. I took his work, especially lists of keywords and a similar color scheme, to achieve mine.

You can find his work here on GitHub

You can see below the result of my work, how it highlights text and values in Notepad++

If you want to download that language file : GOTO my GitHub CSGO repo